Filmographie Laurent Maget / Cinéaste Anthropologue au Musée de l'Homme - https://lejournal.cnrs.fr/diaporamas/pygmees-operation-mango


Sébastien Bodinga bwa Bodinga, 79 ans, Érudit Gabonais, vit à Fougamou, au sud de Lambaréné. En 1986, il entreprend de réaliser un lexique de sa langue, le Geviya, dialecte oral, pour en préserver la mémoire. On peut estimer, en effet, le nombre de bons locuteurs de cette langue à 40 seulement.Grâce à une collecte de plusieurs années auprès des anciens, il compose un document de 1200 pages, l’œuvre de sa vie. 
Lolke Van Der Veen, 45 ans, Professeur de linguistique néerlandais, vit et travaille à Lyon. En 1988, son directeur de recherche lui propose de rencontrer Sébastien, pour envisager un travail autour de l’impressionnant corpus collecté. Lolke s’immerge, durant plusieurs années et quelques séjours, dans cette œuvre pour lui donner une forme scientifique élaborée. En Janvier 2003, il apporte officiellement à Sébastien ce qui est devenu le dictionnaire geviya-français.
C’est l’histoire de cette rencontre, de ce travail, du village de Mavono, actuel lieu de résidence de cette ethnie, que nous présentons. Passer de l’oral à l’écrit, donner un signe au son, défendre sa culture, aboutir une recherche, affirmer au monde son existence, accueillir, célébrer et ritualiser cet événement pourtant mineur…Mineur ?
Laurent Maget
Réalisateur

_________________________________________________________________________
Edité fin 2002, le dictionnaire geviya-français résulte d'un minutieux travail lexicographique pour lequel on ne compte pas moins de 6500 entrées. Sa remise officielle à la communauté des Eviya a fait l'objet de cérémonies de danses et de chants. Le Pôle Image Animé de l'ISH en collaboration avec la laboratoire Dynamique Du Langage retrace sous la forme d'un documentaire l'élaboration de cette oeuvre à partir de la collecte d'un impressionnant corpus. Mais c'est aussi l'histoire d'une rencontre au sein du village de Mavono.

LES EVIYA DU GABON
Les Eviya constituent un groupe ethnique du Gabon, qui de nos jours n'occupe plus qu'un seul village en face de la ville de Fougamou. La région autour du village est fort peuplée et difficile d'accès. La langue des Eviya porte le nom de "geviya". On peut estimer le nombre de bons locuteurs à une quarantaine seulement, ce qui laisse entendre que la disparition de cette langue est sur le point de s'achever. Les travaux de recherche ont permis d'aboutir à une description fiable de la phonologie segmentale et tonale et à un travail de lexicographie et à diverses publications en ethnolinguistique.

TRAVAIL LEXICOGRAPHIQUE SUR LE GEVIYA
La construction d'un dictionnaire geviya-français a commencé, il y a bien des années, par Sébastien Bodinga-bwa-Bodinga, locuteur geviya natif et érudit local. C'est en 1987 qu'il confie à Lolke van de Veen un document dactylographié contenant 1287 pages en vue de la publication d'un dictionnaire, conçu comme témoignage ultime de la richesse de la langue et de la culture des Eviya. Le document a fait l'objet de plusieurs vérifications par les anciens de la communauté eviya. Ce travail scientifique minutieux et complexe comporte , outre l'étude de la description de la langue elle-même, une étude approfondie de la manière dont les locuteurs catégorisent lexicalement les entités du monde. Les exemples qui accompagnent les différents sens des entrées sont des énoncés authentiques qui ont été soit fournis directement par Sébastien Bodinga soit collectés et enregistrés par Lolke Van de Veen à l'occasion de recherches ultérieures. Un grand nombre d'exemples ont été fournis par Moïse Modandi, neveu de sébastien Bodinga-bwa-Bodinga.

Rappelons enfin que le travail du dictionnaire a pour objectif de conserver pour la science une partie du patrimoine ethnolinguistique bantou de l'Afrique Centrale et de revaloriser une langue en principe condamnée à disparaître. Il est évident que les locuteurs geviya ont tous attendu avec une très grande impatience et non sans fierté la sortie de cette ouvrage fort exceptionnel dans le contexte gabonais. Sa valeur symbolique n'échappera à personne.
Lolke van der Veen, enseignant-chercheur.
Laboratoire Dynamique du langage