"C'est une grande magie. Les concepteurs ont réussi à créer une atmosphère, une ambiance et un climat. Il faut qu'il y ait une rencontre entre le génie d'un lieu et celui d'une équipe" Jack Lang

"Pour celui qui ne connaît pas ces salles, c'est la grande découverte. Pour celui qui a visité de jour l'abbaye du Mont-Saint-Michel,
c'est la stupéfaction." Ouest France

Extraits

de

Presse

Les Nocturnes du Mont-Saint-Michel :
Après la bronzette intelligente, l’heure est au tourisme fûté. Il serait dommage de rater le coche! Alors, plutôt que de faire comme les 700.000 personnes qui se pressent chaque année pour visiter le Mont-Saint-Michel, aux heures traditionnelles, dans la cohue digne d'une correspondance de métro aux heures de pointe, entreprenez votre visite le soir. Quand la nuit tombe sur la baie, et que la lune éclaire nonchalamment l'abbaye accrochée entre ciel et mer.

ILLUMINATION : Pour la première fois, la Caisse nationale des monuments historiques et des sites se lance dans une entreprise pilote qui devrait faire des petits: l'illumination des monuments après les heures d'ouverture. On pouvait craindre le pire au Mont-Saint-Michel, avec des sons et lumières bruyants et débilitants. Il n'en est rien. Réussie, l'opération a été confiée aux Maget-Maget, un couple de créateurs qui s'étaîent illustré l'an dernier par la réalisation d'un immense cadran solaire autour du Mont.

Soucieux d'inspirer des émotions plutôt que de les asséner, les Maget-Maget (Fanchon & Laurent Maget) n'ont fait qu'illuminer discrètement et intelligemment le bâtiment religieux, avec des bougies, 20.000 torches, des feux dans les cheminées, et 200 projecteurs aux lumières tamisées. En accompagnement musical, une création de «Chris Hayward », avec juste ce qu'il faut d'inspiration religieuse.

MYSTIQUE ET INSOLITE : Destinée à faire respirer le monument tout en s'effaçant devant lui, cette promenade un peu mystique est insolite et marquante. Le succès auprès du public ayant déjàpermis de rentabiliser le projet (les entrées ont augmentees de 20%), ces « Nocturnes » devraient être renouvelées la saison prochaine et développées sans doute aux châteaux de Blois et de Chambord. Mais avant d'attendre un an, il est préférable d'en profiter maintenant, pendant cette fin de saison, et de passer la nuit dans un hôtel, là haut pour assister, tôt le matin, au lever du soleil dans la baie. Comme on dit là bas : «Le Mont, ça se mérite! »

Ariane DOLLFUS. France Soir-29 août 1989


L'abbaye révélée par la nuit

Pour la première fois, l'abbaye du Mont-Saint-Michel, dont les portes fermaient traditionnellement à 18 h, ouvre tout l'été en “Nocturne”. De 21 h à minuit, un spectacle met en valeur les vieilles pierres sur un parcours d'un kilomètre. Musiques, images projetées, feux et lumière se mettent au service du sanctuaire pour mieux le révéler.

AVRANCHES
Le visiteur du soir, sitôt qu'il a gravi les dernières marches, plonge dans un courant de lumières et de sons qui, du début à la fin du parcours, va le mener dans un monde inconnu. Pour celui qui ne connaît pas ces salles, c'est la grande découverte. Pour celui qui a visité de jour l'abbaye du Mont-Saint-Michel, c'est la stupéfaction.

FANTASTIQUE
Le monument n'est plus le même. La lumière souligne les perspectives et met en relief l'architecture, tandis que des morceaux de musique répétitive donnent une dimension unique à chaque pièce, à chaque site, des jardins du nord au cloître, de Notre-Dame sous terre à l'église abbatiale.
Chaque soir, commence une nouvelle veillée fantastique. Torches et cierges sont allumés; les brasiers crépitent dans les cheminées. Le visiteur s'assoit à la table du réfectoire, se réjouit au spectacle du balayement de nuages pastels sur le cloître et son jardin suspendu. Tout est méditation et sérénité.

DU BLANC AU NOIR
Dans un recoin du cloître, une forme sombre. C'est Laurent Maget qui, avec son épouse, a réalisé la mise en scène de ce son et lumière déambulatoire. Le créateur est habillé en noir. Il était tout de blanc vêtu quand à l'automne dernier il fit du Mont-Saint-Michel un cadran solaire. Après avoir sué à tirer et à brancher des kilomètrës de câbles, le voilà fondu dans la nuit, comme toute l'équipe qui veille sur les nocturnes. Il observe. « Les gens, dit-il, sont saisis par l'émotion, tout en restant très calmes. Avec son attitude, le public réalise 50 % du spectacle. »

PRÉSENCE
A la sortie de la visite, le conservateur, Nicolas Simonnet, enquête auprès des visiteurs. « Ces nocturnes sont tout à la fois visite et animation. La mise en scène, en nous offrant l'illusion de la présence des moines, des bâtisseurs et des pèlerins, rend tout son sens au monument. »
Cinquante haut-parleurs, onze espaces sonores, 800 m2 d'images, 200 projecteurs, 20 000 torches... 150 stères de bois seront nécessaires au fonctionnement de cette scénographie qui inaugure une nouvelle forme d'accueil du public par les Monuments Historiques. Au prix d'un nouvel empiettement sur l'espace des moines qui devront s'habituer à ne plus être seuls les soirs d'été dans l'abbaye.

François NIKLY. Ouest France-28 juin 1989



Inaugurées le 23 juin, les « Nocturnes du Mont Saint Michel » ont franchi avec brio leur examen de passage. Déjà 26 000 visiteurs ont pu découvrir ce parcours émotionnel dans l’abbaye, conçu par Maget-Maget, et qui tranche radicalement avec les visites didactiques organisées dans la journée. L'initiative sera reconduite l'an prochain : " On ne peut pas ne pas continuer ", estime le conservateur Nicolas Simonnet.

Un projet encouragé par le ministre de la Culture, Jack Lang, qui est venu mercredi soir se rendre compte de lui-même du résultat.

Le Ministre a apprécié et l'a dit sans ambages: "C'est un exemple tout à fait merveilleux d'une mise en images et en lumières d'un monument unique. Les concepteurs ont réussi à créer une atmosphère, une ambiance et un climat. Les puristes pourront contester le choix de telle musique, mais l'essentiel est que chacun organise sa propre promenade, son propre voyage... Rêver... Méditer à cette chance merveilleuse de découvrir l'abbaye à la tombée de la nuit, d'entrevoir les lumières qui jouent. C'est une grande magie."

Jack Lang n'aime pas employer le mot “laboratoire” en parlant du Mont-Saint-Michel. Il préfère « exemple » ou « expérience ».

Force est pourtant de constater que les initiatives se multiplient autour de la Merveille (…) et c’est là qu'a été conçu par les mêmes créateurs, en septembre 1988, un incroyable cadran solaire (…)

Les Nocturnes s'inscrivent donc dans une dynamique d'animation. « J'étais en plein accord puisque je les ai encouragés (…) C'est une expérience originale … mais le coup d'envoi est fort ». Le ministre de la Culture n'a pas manqué d'adjectifs pour qualifier la mise en scène des Maget-Maget : « Merveilleux, magique ». Un spectacle qui doit être aussi, selon lui, évolutif et s'inscrire dans la durée.

Le ministre de la Culture a expliqué encore que son souci principal était de « faire respecter les monuments, les faire vivre sans les abîmer ». « Il faut qu'il y ait une rencontre entre le génie d'un lieu et celui d'une équipe. On ne peut pas surimposer une idée toute faîte .Autant de monuments, autant d’approches”.

Le conservateur de l'abbaye, Nicolas Simonnet, affichait pour sa part une grande satisfaction. pour cette visite, ressentie comme une reconnaissance.

JL - La Presse de la manche - 25 août 1989