"Plonge les objets dans la lumière, tu les plongeras dans l'infini", confiait Léonard de Vinci à l'un de ses carnets.

Alors, oh combien notre rocher, notre Abbaye, son abbatiale dont la flèche deviendra votre outil !

Mais ne nous y trompons pas, il ne s'agit pas dans votre projet, d'un duel manichéen entre jour et nuit, clarté et ténèbres,

il s'agit plutôt d'une complicité affectueuse et révélatrice entre lumière et ombre, lumière de la nature et ombre portèe de l'oeuvre de l'homme.
Et non seulement du soleil, mais aussi pourquoi pas, de la lune qui, depuis le 1er chapitre de la Genèse, servent de "signes, tant pour les fêtes que pour les jours et les années".

Quel symbole que cette flèche lancée par les hommes vers le ciel, et qui inscrit au ras de la tangue où nous en sommes du temps qui s'écoule.
"Le temps perdu est le plus grand des péchés" écrivait Michel-Ange au soir de sa longue vie.
Puisse cette manifestation grandiose et inexorable de "l'heure" dont le rocher et l'Abbaye de ma vie sont l'outil, me faire réfléchir gravement sur ce que je fais de ces heures que Dieu me donne dans sa patience à attendre que je devienne meilleur...(Règle de Saint Benoît ch.7,30).
Et si Dieu attend, moi j'espère de tout mon coeur qu'Il entendra non pas le défi mais bien votre courage devant les difficultés techniques, administratives, financières, de tous ordres, et surtout devant la confiance que vous témoignez envers le temps...météorologique.

Oui, Amis, de tout coeur, grand soleil, belle lumière, et que sur la tangue et la Baie, comme sur celle de nos existences, ce soit vraiment, un peu, l'Heure de Dieu.
Avec ma priante amitié
Frère Bruno de Senneville, Prieur de l'Abbaye du Mont Saint Michel